David Wise

Tinder : Quand tout le monde devient César

March 13, 2014 | 4 Minute Read

Bon, maintenant vous êtes la plupart à connaître Tinder. Zoom.

Source:. L’application qui a le pouvoir de vie ou de mort sur une rencontre - d’un simple coup de pouce.

Enquête, scoop, révélations: Quels sont les dessous de cette app qui fait fureur chez les plus jeunes ? Non, calmez vous, je ne vais pas enfiler un pull col en V sur les épaules, marcher en direction de la caméra le regard saillant, façon Bernard de la Villardière. Ce héros.

D’où ca vient ?

Des Etats-Unis d’Amérique. Pour changer.

Figurez-vous que l’application appartient au même groupe américain ( IAC/ InterActiveCorp)propriétaire du célèbre site de rencontres Meetic, crée initialement par le Français Marc Simoncini. #C’est quoi ?

L’application permet de tomber sur des profils de jeunes filles - ou jeunes mâles - tirées au hasard, dans un périmètre géographique déterminé par nos soins.

Tel César, d’un coup de pouce, deux choix s’offrent à nous: L’éliminer et envoyer le profil aux lions ; ou lui laisser une chance de survivre, et pourquoi pas, atteindre un “Match”.

Un “match” est le point de rencontre entre deux profils qui se “likent” respectivement. Cela ouvre alors les grilles pour une potentielle rencontre, en mettant en relation les deux profils.

Raisons d’un succès

L’application joue sur l’espérance de la rencontre inattendue.

Pour les pus optimistes: D’un coup de foudre à “Tinder Hill”, comme ca, au coin d’une app. Les autres sont simplement des curieux, là pour se rassurer et savoir qu’ils peuvent plaire. Tous ont en commun un besoin fondamental de reconnaissance. Savoir qu’ils existent, qu’ils plaisent, que leur profil se fond dans les critères d’une société toujours plus difficile. Quoi de plus humain que de vouloir se sentir aimé après tout ? Surtout que le zapping de profils est presque infini, offrant une sensation enivrante à chaque coup de pouce.

Enfin, ce qui rend le processus encore plus addictif: c’est que c’est anonyme. La personne que vous venez d’éliminer de votre champ de rencontres potentielles, ne le saura jamais. Résultat: 0 culpabilisation, on ne heurte personne.

Disruption

Cette application donne le pouvoir de vie et de mort, sur tous les profils qu’on rencontre. C’est l’effet “César”, évoqué dans le titre.

La rencontre amoureuse se résume à un glissement de doigt avec comme seuls critères, quelques secondes et une (ou plusieurs photos) pour juger d’un profil. Pour les plus sentimentaux, on on peut consulter les centres d’intérêts (Likes) et les amis communs sur Facebook. Mais rien de plus.

Nouveaux usages

Tinder bientôt cité dans les mariages de vos amis ? Ce serait possible. Ca déjà été fait. C’est peut-être comme cela que Ted Mosby a rencontré la mère de ses enfants ?

A défaut de créer de vraies relations, l’application crée des rencontres.

Comme Internet, Tinder est un accélérateur de possibilités, mais pas forcément de faisabilité. Il faut encore que les 2 profils se rencontrent physiquement et qu’un réel “match” s’opère.

Mais l’application s’insère peu à peu dans les habitudes, comme un nouveau réflexe de rencontre. Ce ne sont pas les Athlètes du campus Olympique de Sotchi 2014 qui diront le contraire.

L’application se fait parodier et c’est bon signe pour elle. Preuve qu’elle s’insère dans le paysage médiatique et “culturel” d’une génération zapping. La chaine Youtube humoristique “Collège Humour” a produit “Tinderella Story”, un compte de fée, pas très féerique, exagérée mais parlant. (ndlr: La chaine College Humour appartient au même groupe que Tinder - coïncidence ? ) Des pages facebook fleurissent, les tumblr se développent. Un phénomène s’installe.

Si Tinder meurt

Si l’application venait à bout de souffle, elle aura laissé dans son sillage quelques traits qui devraient rester dans l’utilisation des médias sociaux.

A commencer par le système de sélection anonyme et très direct (“j’aime/ j’aime pas”) se servant des données géographiques. C’est un mécanisme qui laisse derrière lui une nouvelle génération d’applications de rencontres… professionnelles, amoureuses, et encore amoureuses.

L’application a également mis au gout du jour la rencontre aléatoire encadrée sous un nouveau “label”: notre profil Facebook. Gage de confiance, comme une nouvelle carte de visite numérique.

En quelques chiffres Tinder c’est :

-750 Millions de profils affichés chaque jour dans le monde.

-10 Millions de “matches” par jour. (5 Millions en Décembre 2013)

Ce sont les seuls chiffres que j’ai pu trouver malheureusement. L’entreprise n’a pas l’air très communicative sur le sujet. Si quelqu’un a le nombre d’inscrits ou de téléchargements de l’application, je suis preneur.

Sources des chiffres: ici et ici.
Images: “Asterix et Obelix contre César” ; AppleStore ; HIMYM.